Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Rechercher

senior


logo macif2006

9 avril 2015 4 09 /04 /avril /2015 19:46

L’avant-projet relatif à la modernisation du dialogue social est désormais sur les rails. La CFE-CGC en attendait beaucoup en faveur : d’un véritable dialogue de qualité, du renforcement d’une gouvernance partagée, d’un rapport loyal entre les entreprises tournées vers la croissance et la compétitivité et les partenaires sociaux vigilants acteurs de cette richesse.

Si la CFE-CGC, à la lecture de cet avant-projet s’est trouvée confortée sur certaines de ses propositions et satisfaite de l’équilibre final du texte, elle reste néanmoins sur sa faim sur de nombreux points dont les réponses sont reportées à des décrets. Or, la pratique du syndicalisme repose sur des règles claires, partagées, comprises et applicables.

Certes, « l’Instance Unique » prônée par le projet provocateur du MEDEF est désormais une idée abolie.

Certes, le CHSCT conserve ses forces et ses missions nécessaires au bien-être au travail.

Ce sont des marqueurs essentiels de la volonté du Ministre du Travail de préserver un dialogue social de qualité.

Il n’en demeure pas moins que de nombreux points restent pour la CFE-CGC trop vagues.

Les heures de délégation des élus seront-elles sauvegardées ?

Pourquoi la représentation dans les TPE n’est-elle pas adossée à une représentativité équitablement répartie entre les 5 OS représentatives ? Pourquoi son financement n’a t’il pas été prévu et sorti du fonds paritaire ?

Comment faire naître des vocations de militants si leur engagement n’est pas suffisamment reconnu par un assessment efficace, rapide et opérationnel ?

Enfin comment retrouver un réel équilibre entre une simplification évidente des grandes consultations en entreprise et le poids des administrateurs salariés qui lui ne se trouve ni renforcé ni systématisé dès le seuil de 1 000 salariés alors qu’il est le cœur de l’échange sur les stratégies ?

Autant de revendications de la CFE-CGC qui manquent à ce projet de texte.

Le dialogue social, si il est enfin reconnu, doit-être maintenant porté par une loi plus ambitieuse au profit de la reconnaissance des salariés qui s’engagent au bénéfice de la croissance et de l’emploi.

Repost 0
Published by Union Locale CFE-CGC de Boulogne-sur-Mer
commenter cet article
1 avril 2015 3 01 /04 /avril /2015 20:13

Bonjour à toutes et tous,

Dans le TU HANDISQUOI chaque trimestre vous recevez toute l’actualité Fonctions Publiques CFE CGC sur le Handicap.
Avec les INFOS HANDISPENSABLES , tous les 2 mois , vous recevez des articles de fond pour répondre à vos questions techniques sur le handicap !

Le groupe Handicap de la Fédération des Fonctions Publiques CFE CGC espère que ces outils vous sont utiles dans votre rôle de militant et de délégué.
Nous souhaitons qu’il vous aide à apporter des réponses à nos collègues et nos mandants en situation de handicap propageant ainsi l’image d’humanité et de technicité de notre Fédération sur le sujet du handicap .

Merci de relayer ces informations.
Comptant sur votre implication,


Christophe ROTH Délégué Fédéral en charge du Handicap Fédération des fonctions publiques de la CFE-CGC.
Membre du Groupe Interfédéral Handicap Confédération CFE CGC
Membre du Comité National FIPHFP
STATIONNEMENT LOI DU 18 MARS 2015
STATIONNEMENT ET TRAVAIL
infos handispensables numero 1
infos handispensables numero 2

Repost 0
Published by Union Locale CFE-CGC de Boulogne-sur-Mer
commenter cet article
1 avril 2015 3 01 /04 /avril /2015 19:08

Mise en place par les caisses de retraites d'un site "bien vieillir" depuis le 12 mars 2015

inter-régime

www.pourbienvieillir.fr

Repost 0
Published by Union Locale CFE-CGC de Boulogne-sur-Mer
commenter cet article
1 avril 2015 3 01 /04 /avril /2015 14:25

Les partenaires sociaux devront prendre, dans les semaines à venir, les mesures indispensables à la pérennisation des régimes de retraites complémentaires AGIRC et ARRCO.

La CFE-CGC considère qu’il faut en finir avec les propositions consistant à reporter à plus tard la résolution des problèmes. La CFE-CGC refuse toute fusion de l’AGIRC et de l’ARRCO car cela ne règle en rien la problématique du financement à moyen et long terme. C’est un écran de fumée !

La CFE-CGC propose des mesures responsables reposant sur une répartition équilibrée des efforts :

-Augmentation des cotisations patronales et salariales sur la tranche B du salaire

-Désindexation mesurée des pensions pendant trois ans

-Report au 1er octobre de la date de revalorisation annuelle des pensions

-Augmentation du salaire de référence supérieure à l’inflation durant cinq ans

-Maintien de la pension de réversion à 60%.

Ces mesures sont de nature à assurer l’équilibre de deux régimes distincts : l’ARRCO pour tous les salariés et l’AGIRC pour les cadres.

Seule la CFE-CGC défend la retraite des cadres et de l’encadrement, elle regarde la réalité en face afin de prendre des mesures courageuses pour que demain les retraités de l’encadrement : agents de maîtrise, techniciens, cadres et ingénieurs conservent une retraite décente.

Repost 0
Published by Union Locale CFE-CGC de Boulogne-sur-Mer
commenter cet article
22 mars 2015 7 22 /03 /mars /2015 12:59

La deuxième séance de négociation sur les retraites complémentaires a permis de confirmer que la fusion de l’Agirc et de l’Arrco n’était en rien susceptible de résoudre le problème de l’équilibre de ces deux régimes. Bien que toutes les organisations syndicales et patronales s’accordent sur ce point, certaines d’entres elles privilégient néanmoins cette hypothèse comme moyen de reporter à plus tard la mise en œuvre de solutions réelles. Conséquence de cette position si elle devait être adoptée : la remise en cause du statut de l’encadrement.

La CFE-CGC connaît mieux que quiconque le rôle de l’encadrement dans la structuration du corps social et l’efficacité économique des entreprises. La disparition de l’Agirc constituerait un non-sens social et économique au moment où les entreprises sollicitent un engagement de plus en plus important des personnels d’encadrement.

La CFE-CGC s’oppose donc totalement à la fusion de l’Agirc et de l’Arrco et fait des propositions constructives pour pérenniser chacun des deux régimes.

Lors de cette séance de négociation le Medef a marqué un recul sur la date de mise en œuvre d’abattements temporaires, portant celle-ci à 2019, sans renoncer au principe. Face au refus général des organisations syndicales, le Medef a également retiré sa proposition concernant la pension de réversion qui sera réexaminée sur de nouvelles bases.

En revanche, le Medef refuse toujours une hausse des cotisations nécessaire à l’équilibre des régimes. La charge porterait donc exclusivement sur les retraités et les salariés.

La CFE-CGC propose quant elle une répartition équilibrée des efforts.

La CFE-CGC continuera dans cette négociation à défendre avec détermination les personnels d’encadrement, leur retraite et leur statut.

Repost 0
Published by Union Locale CFE-CGC de Boulogne-sur-Mer
commenter cet article
13 mars 2015 5 13 /03 /mars /2015 22:12

Martine Keryer secrétaire nationale en charge du secteur Santé au travail et Handicap et médecin du travail participera à la deuxième rencontre sur le « Burnout »

présidée par Michel de Laforce président de la FIECI.

La fieciVOX burnout2 se tiendra le mercredi 18 mars au siège de la CFE-CGC, 59 rue du Rocher à partir de13h00.

Interviendront également Jean-Claude Degenes, fondateur et directeur de Technologia et Violaine Cozette,directrice des ressources humaines

Fort du succès de la première réunion ouverte par Carole Couvert présidente de la CFE-CGC le 9 décembre 2014, après l'appel pour la reconnaissance du burnout comme maladie professionnelle,
nous vous donnerons des outils pour déceler mais aussi pour vous protéger ou protéger vos proches du burnout.

Accord type RPS + en exclusivité le lien vers notre nouveau site qui héberge le questionnaire détecteur de burnout.

Venez nombreux!

Inscription auprès de : Joanna Henni

chargée de communication Fieci CFE-CGC

Jhenni@fieci-cgc.com

01 42 46 95 01

06 26 83 85 93

Repost 0
Published by Union Locale CFE-CGC de Boulogne-sur-Mer
commenter cet article
23 février 2015 1 23 /02 /février /2015 14:26

Si collectivement nous tirons les enseignements de tout ce qui a dysfonctionné dans cette négociation pour que cela ne se reproduise plus, alors le dialogue social sortira grandi.

Pour la CFE-CGC l'urgence est à négocier dans un lieu neutre afin de mettre tous les partenaires sociaux sur un pied d'égalité. Le CESE est le lieu idéal pour cela et nous l'avions déjà évoqué dans les débats qui ont précédé la loi du 20 août 2008 sur la représentativité.

Ensuite, il est important d'avoir un vrai calendrier de négociation avec des dates de plénières et de bilatérales. Toutes les organisations syndicales doivent être reçues en bilatérales. Il ne peut y avoir un dialogue social à plusieurs vitesses sinon c'est la chronique d'un échec annoncé.
Les longues suspensions nocturnes sont à bannir car elles ont démontré qu'elles étaient contreproductives puisque finalement c'est en partie ce qui a cristallisé voir radicalisé les positions et en tout cas cela a alimenté les suspicions.

Une personne neutre doit tenir la plume afin de garantir l'avancé de la négociation et l'intégration des propositions des différentes organisations. Cette personne doit être choisie par l'ensemble des partenaires sociaux (salariés et patronaux) avant le début de la négociation.

Pour garantir une équité d'accès à l'information et mesurer en temps réel les conséquences des propositions des différentes organisations, la DGT pourrait servir de back office à la négociation et ainsi de service support.

La CFE-CGC propose également une réunion des leaders de chaque organisation dans la dernière ligne droite de la négociation afin d'essayer de lever les blocages.

Enfin quelle que soit l'issue de la négociation, un relevé de conclusion doit être établi afin de noter les points de convergences mais aussi les points de divergences ou ceux qui n'ont pas trouvé de réponse ou d'écho au cours de la négociation.

Pour Carole Couvert présidente de la CFE-CGC "un nouveau dialogue social national interprofessionnel est possible. La prochaine séance de négociation de l'agenda social 2015 doit démarrer par ce point de méthode et doit être la dernière à se tenir au siège du MEDEF"

La CFE-CGC est une organisation force de propositions dans l'intérêt des salariés de l'encadrement et de celui des entreprises et elle le démontre encore une fois !

Repost 0
Published by Union Locale CFE-CGC de Boulogne-sur-Mer
commenter cet article
2 février 2015 1 02 /02 /février /2015 12:25

Avec le début du débat sur la loi pour la croissance et l’activité, la vigilance de la CFE-CGC a été de rigueur tout au long de cette dernière semaine.

Elle s’est ainsi mobilisée contre l’amendement relatif au secret des affaires. Si le gouvernement souhaite enrichir et moderniser le dialogue social, il n’était pas pensable, sous couvert d’une définition trop large du secret des affaires à la main des entreprises, de brider l’action des représentants du personnel et des administrateurs salariés. Si la CFE-CGC se félicite de voir le gouvernement faire machine arrière, elle n’en demeure pas moins vigilante.

C’est aussi parce qu’elle en soutient les objectifs pour faire progresser la responsabilité sociale des entreprises que la CFE-CGC a été attentive au débat sur la proposition de loi visant à rendre effectif le devoir de vigilance des entreprises. Le renvoi en commission, sous la pression de l’AFEP, ne devra en aucun cas conduire à un enterrement de première classe.

La vigilance de la CFE-CGC sera tout autant de mise durant la semaine qui s’ouvre aujourd’hui. Le Parlement va en effet s’attaquer au titre de la loi Macron dédié à la « simplification du cadre juridique de l’intervention de l’Etat actionnaire », avec en toile de fond la mise en œuvre de l’ordonnance du 20 août 2014 et la porte ouverte à un nouveau train de privatisations.

Après les remous créés par les conditions de la cession de 49,99 % de l’aéroport de Toulouse et l’identité du consortium sino-canadien vainqueur, la CFE-CGC considère que toute cession des participations de l’Etat doit elle-aussi répondre à un devoir de vigilance, une exigence de responsabilité sociale mais aussi de développement de l’actionnariat salarié, au-delà bien évidemment des impératifs de souveraineté.

Si la CFE-CGC peut comprendre le souhait de moderniser le cadre d’intervention de l’Agence des Participations de l’Etat (APE), l’actualité impose que le Parlement garde la main sur ce dernier et ne laisse pas l’APE agir à sa guise. Au-delà de la privatisation des aéroports qui ne doit pas suivre la voie contestée des autoroutes, la récente utilisation des droits de vote double pour contourner l’obligation de détenir un tiers de GDF Suez ne peut que nous alerter sur les risques d’une liberté trop grande donnée à l’Etat actionnaire.

Contestation en Grande-Bretagne des conditions de la privatisation de Royal Mail, remise en cause au nom de la souveraineté de la privatisation du port du Pirée par le nouveau 1er ministre grec… le gouvernement serait bien inspiré de davantage tenir compte du contexte européen.

C’est pourquoi la CFE-CGC demande que la volonté de moderniser l’Etat actionnaire soit doublée d’une exigence de vigilance, d’exemplarité et de responsabilité.

Dossier suivi par : Alexandre Grillat Secrétaire National - Développement Durable, Energies, RSE et Logement

Repost 0
Published by Union Locale CFE-CGC de Boulogne-sur-Mer
commenter cet article
25 janvier 2015 7 25 /01 /janvier /2015 21:04
Repost 0
Published by Union Locale CFE-CGC de Boulogne-sur-Mer
commenter cet article
25 janvier 2015 7 25 /01 /janvier /2015 20:59

L’examen du projet de loi « croissance et activité » par la commission spéciale vient de se terminer.

Cette loi, proposée par Emmanuel Macron, loi fourre tout comme elle est parfois nommée, traite des professions réglementées, du travail du dimanche, des liaisons par autocars, des conseils des prud’hommes, de l’épargne salariale et des plans sociaux.

Peut-être cela s’inscrit dans une philosophie cohérente mais comme les organisations syndicales n’ont pas été consultées sur ce texte, la finalité nous a certainement échappé !

1800 amendements ont été proposés et près de 450 ont été retenus. La CFE-CGC, par ses propositions constructives, a contribué à tenter d’améliorer les propositions initiales.

Malheureusement, en restant sur des postures, sur le travail du dimanche ou sur un forfait social allégé pour l’investissement de l’épargne salariale à moyen long terme en faveur de l’économie réelle, l’initiateur de cette loi prend le risque de valider la critique majeure adressée à sa proposition :

Une loi uniquement destinée à « rassurer » Bruxelles et notre voisin sur notre capacité à réformer !

La France a besoin de réformes, c’est certain, mais ces réformes doivent, avant tout, rendre du pouvoir d’achat et donner de meilleures conditions de vie et de travail à nos concitoyens.

La CFE-CGC demande une loi véritablement utile à l’économie réelle et au pouvoir d’achat.

Nous avons l’espoir que les députés et sénateurs, lors du débat parlementaire, sauront l’améliorer pour la rendre efficace et répondre ainsi aux seuls objectifs qui comptent.

Contact : Dossier suivi par : Alain GIFFARD Secrétaire national en charge de l’économie et l’industrie ( : 06 80 23 50 72 - 1 : alain.giffard@cfecgc.fr

Repost 0
Published by Union Locale CFE-CGC de Boulogne-sur-Mer
commenter cet article

SUPERM'AIDES

 

malakoffmederic2012

PROCHAINE REUNION

***
Lundi 08 septembre 17h30

Liens vers C.E.

Continentale Nutrition (Boulogne-sur-Mer)

Continentale Nutrition (Wimille)