Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Rechercher

senior


logo macif2006

15 novembre 2013 5 15 /11 /novembre /2013 21:24

Pour les clients MACIF, les élections pour les délégués commencent, n'oubliez pas de voter avant le 01/12/13, la CFE-CGC a de nombreux représentants parmi les candidats.

 

1422345 1481911008701741 361468032 n

Repost 0
Published by Union Locale CFE-CGC de Boulogne-sur-Mer - dans Communiqué
commenter cet article
9 novembre 2013 6 09 /11 /novembre /2013 09:55
Créé en juin 2004,  le réseau équilibre est animé par Chantal Guiolet et placé sous l'égide du secteur emploi, l'objectif du Réseau équilibre est d'être un laboratoire d'idées sur deux champs étroitement liés : l'égalité professionnelle et la conciliation des temps de vie.

Les enjeux

Notre ambition : Concilier la réussite professionnelle et la vie personnelle. 
L’égalité professionnelle sera une réalité à trois conditions :
• une réelle volonté des employeurs ;
• la mise en place d’un dialogue et d’une communication permanente afin de faire évoluer les mentalités ;
• la mise en place d'une politique d’entreprise favorisant la conciliation des temps de vie.
 
Les enjeux de la CFE-CGC
• favoriser le recrutement d’un candidat uniquement en fonction de ses compétences;
• soutenir à compétences égales, des postes égaux et salaires égaux ;
• assurer la formation professionnelle tout au long de la vie et s’adapter aux évolutions technologiques de l’entreprise ;
• faire de la maternité et de la paternité un élément neutre dans le parcours professionnel ;
• impulser le changement des mentalités pour améliorer la conciliation des temps de vie ;
• aider à un accès équitable des femmes aux équipes dirigeantes et aux métiers techniques.
Une banque de documents (accords, contexte réglementaire, position CFE-CGC…) réservée aux sections syndicales est disponible sur l'intranet.
 
Les objectifs
Le Réseau équilibre s’est fixé des objectifs précis et ambitieux : 
• être force de propositions innovantes face aux interlocuteurs institutionnels ;
• capter les bonnes pratiques en matière d’égalité et de mixité professionnelles pour les démultiplier ensuite sur le terrain ;
• identifier les mauvaises pratiques, les dénoncer auprès de la Direction, alerter les salariés et proposer des actions correctives ;
• créer et faire connaître des outils concrets pour les militants.
Le réseau équilibre et le gouvernement
• est force de propositions sur l'égalité professionnelle ;
• négocie les accords nationaux ;
• participe activementaux instances de décision, conseil supérieur de l'égalité, observatoire des la parité etc...
• fait partie des groupes de travail décentralisés en région où un représentant (e) est nommé(e) dans chaque région.
 
Le Réseau équilibre dans les entreprises
Le Réseau équilibre dans les entreprises mène les actions suivantes :
• crée un réseau d’échanges sur l’égalité et la mixité professionnelles ainsi que la conciliation des temps de vie ;
• demande, conformément à la loi Génisson de 2001, à ce toutes les entreprises fournissent chaque année un rapport de situation comparée entre les femmes et les hommes (RSC) pour les entreprises de plus de 300 salariés ou un rapport unique (RU) pour les moins de 50 salariés ;
• siège dans les commissions égalité professionnelles pour les entreprises de plus de 250 salariés ;
• négocie et suit les accords d’entreprises sur l’égalité et la mixité professionnelles sachant que l’égalité professionnelle fait parti des négociations annuelles obligatoires (NAO) ;
• conseille et Aide ses adhérents et militants pour toute démarche ou négociation liées à l’égalité et la mixité professionnelles ainsi que la conciliation des temps de vie;
• communique sur toutes les avancées en matière d’égalité professionnelle.
 
Pour mémoire
La CFE-CGC a obtenu en décembre 2001 la création du congé de paternité. Il s’agit maintenant de :
• s’assurer que les pères qui le souhaitent ne soient pas pénalisés par la prise de ce congé ;
• garantir à ces pères le maintien intégral de leur salaire pendant cette période d’absence.
La prise des congés parentaux d’éducation qui sont ouverts aux pères et aux mères de famille doit être facilitée.

Les axes de travail

Les axes principaux de travail du Réseau équilibre sont :  
- l’égalité salariale :
C’est la clé d’une véritable égalité professionnelle entre les femmes et les hommes d’une même entreprise.
Actuellement un écart moyen de 23 % est constaté au niveau de l’encadrement. Des entreprises n’ont pas attendu la promulgation de la loi sur l’égalité salariale pour mettre en place des actions pour résorber cet écart de salaire entre les femmes et les hommes exerçant un même emploi (cf accord égalité professionnelle EDF, Gaz de France, Crédit Mutuel de Bretagne…). La CFE-CGC communique activement via son Réseau Equilibre pour faire connaître ces bonnes pratiques et ainsi les diffuser au maximum. 
- la fin du plafond de verre :
On entend par plafond de verre la difficulté qu’ont les femmes à accéder aux fonctions supérieures d’encadrement.
Dans le cadre des négociations des accords de Branches Professionnelles ou d’entreprises sur l’égalité professionnelle entre les hommes et les femmes, la CFE-CGC s'investit pour permettre aux femmes d’accéder aux fonctions supérieures et ainsi d’occuper des postes non seulement à responsabilités mais également de décisions. L’objectif étant de percer le "plafond de verre" en permettant notamment l’entrée des femmes dans les comités de direction, tout en s’assurant qu’aucune "paroi de verre" ne soit mise en place en palliatif : ce travers consisterait à cantonner les femmes dans des filières tertiaires ou des filières d’expertise qui supposent une évolution de carrière à un rythme très ralenti par rapport aux filières de management.
Il est également fondamental que la maternité, les congés parentaux d’éducation et le temps partiel ne soit plus un handicap dans le parcours professionnel des femmes comme des hommes. 
- une meilleure conciliation des temps de vie :
La CFE-CGC a été la première confédération syndicale à demander la création d’un congé de paternité, afin que les hommes qui le souhaitent puissent plus facilement concilier leur vie professionnelle avec leur vie familiale au moment de la naissance de leur enfant. Aujourd’hui, la CFE-CGC demande à ce que les bénéficiaires de ce congé de paternité n’aient plus aucune perte de salaire.
En parallèle nous œuvrons également pour :
  • La mise en place de services de proximité pour les salariés hommes et femmes sans plafond de ressources (création de crèches interentreprises, mise en place de réseaux de nourrices, de services de proximité : repassage, courses…). C’est dans ce cadre que la CFE-CGC a soutenu la création du Chèque Emploi Service Universel (CESU) lors de la Conférence de la Famille 2005.
  • Le temps partiel choisi afin de rendre ce mode de travail compatible avec une fonction d’encadrant tout en veillant là aussi à la non-pénalisation des salariés (hommes ou femmes) qui le choisissent, que ce soit en terme d’évolution de salaire ou  de déroulement de carrière. Le retour à temps plein doit bien entendu être possible et facilité en fonction des opportunités au sein de l’entreprise.
  • Le télétravail qui peut être une réponse (ponctuelle ou durable) à certaines demandes de salariés (hommes ou femmes). Solution qui peut avoir un intérêt économique pour les entreprises situées dans des villes où les mètres carrés de bureau sont extrêmement coûteux.
- la lutte contre les stéréotypes :
Le frein majeur de la réussite de l’égalité professionnelle et de la conciliation des temps de vie sont : « les mentalités ». Le Réseau Equilibre se bat pour que les stéréotypes caricaturaux qui débutent dès la petite enfance et perdurent jusqu’à l’âge de la retraite disparaissent. 
- La lutte contre les dicriminations : 
• La CFE-CGC via son réseau équilibre promeut la diversité ;
• La CFE-CGC lutte contre toutes  les discriminations en consultant, aidant, accompagnant tous les salariés dans leurs démarches visant à supprimer toutes les discriminations. 

- la valorisation de l’égalité professionnelle dans les entreprises :
La mise en place de véritables politiques d’égalité professionnelle dans l'entreprise sera demain un puissant facteur de fidélisation et de conquête de nouveaux salariés. Il s’agit donc d’une opportunité que les entreprises doivent saisir immédiatement, car cet axe sera déterminant dans le contexte à venir du "papy boom" et donc d'une prochaine pénurie de main d’œuvre.
 
En permettant aux salariés, hommes ou femmes, de concilier plus facilement leur vie professionnelle et leur vie familiale ou personnelle, les entreprises obtiennent un retour sur  investissement immédiat avec moins d’absentéisme, de stress, un meilleur climat social et ainsi une productivité accrue…
Dans ce contexte, le label égalité professionnelle, lancé en juin 2004, permet aux entreprises les plus innovantes en ce domaine de valoriser leurs actions. A l'heure de la Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE), ce label sera un atout concurrentiel non négligeable. La CFE-CGC veillera à ce que ce label vienne bien récompenser les entreprises qui ont mis en place de véritables actions en faveur de l’égalité professionnelle et notamment dans la résorption des écarts entre les hommes et les femmes. Tout usage à des fins mercantiles sans véritables politiques sociales pour les salariés sera condamné par notre confédération.
 
-la dimension européenne de l'égalité professionnelle
L’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes ne doit pas s’arrêter aux frontières de notre pays. C’est pourquoi la CFE-CGC participe actuellement aux négociations qui ont lieu sur le sujet à Bruxelles via nos correspondants de la Confédération Européenne des Cadres (CEC) car l’égalité professionnelle doit être une valeur européenne du monde du travail. 
 
Tous les ingrédients sont aujourd’hui réunis pour faire de l’égalité professionnelle une réalité dans les entreprises sous réserve qu’il y ait un véritable engagement des directions et une volonté clairement affichée de faire bouger les choses.
Il appartient aussi à nos militant de demander l’ouverture de négociations sur l’égalité professionnelle dans toutes les branches et dans les entreprises de plus de 50 salariés.
Pour la CFE-CGC, le sujet de l’égalité professionnelle et de la conciliation des temps de vie est un axe majeur qu’il faut continuer à développer. Ce dossier c’est aussi l’occasion de mettre en place de véritables contrats gagnant-gagnant entre les salariés et leurs entreprises.

S'investir pour l'égalité professionnelle avec le réseau Equilibre

Le Réseau équilibre aujourd’hui compte une cinquantaine de membres qui réfléchissent et travaillent ensemble pour créer des outils opérationnels à destination des militants sur l’égalité professionnelle et la conciliation des temps de vie. 
Des formations sur le contexte réglementaire et sur la position de la CFE-CGC sur ces sujets sont organisées en région et en entreprise.
Des outils (présentations, CD Roms, plaquettes) sont mis à la disposition de tous les DSC, DS et élu (es) CFE-CGC qui souhaitent travailler sur ce sujet. Le site intranet CFE-CGC est le premier outil que l’on peut utiliser facilement. Il est mis régulièrement à jour.
Le Réseau équilibre fonctionne sur la base de quatre réunions annuelles.
Il s’agit de mettre en commun notre énergie, nos expériences et nos idées afin d’être les plus créatifs possibles pour ensuite être force de propositions dans les différents lieux de négociation.
Faites nous connaître vos expériences, vos questions ou les freins auxquels vous vous heurtez régulièrement.
Si vous êtes prêt (e) à consacrer du temps à l’égalité professionnelle et que vous avez envie de vous investir n’hésitez pas à contacter : Marie-Line Brugidou.
 
Nous comptons sur chacune et chacun d’entre vous pour construire ensemble les bases d’une égalité professionnelle réelle et durable.
Agir pour que ça change !

N'hésitez pas à contacter notre Union Locale CFE-CGC de Boulogne-sur-Mer  pour de plus amples informations....
Repost 0
Published by Union Locale CFE-CGC de Boulogne-sur-Mer - dans Thèmes
commenter cet article
3 octobre 2013 4 03 /10 /octobre /2013 20:02

 

Pour la CFE-CGC, voir dans la formation professionnelle la solution au chômage, est une illusion. L’emploi, qui reste la priorité, nécessite d’autres réponses que d’avoir les chômeurs les mieux formés d’Europe. Ce n’est pas la formation professionnelle qui créera de l’emploi mais bien la reprise d’une croissance économique durable ! 
 
Pour la CFE-CGC, négocier la formation professionnelle doit avoir d’autres objectifs :
 
• Sécuriser le parcours professionnel tout au long de la vie. Permettre à chacun de réaliser ses projets dans l’entreprise c’est donner à celle-ci les moyens d’innover et de maintenir sa compétitivité. Et les personnels de l’encadrement sont les mieux placés pour accompagner ces évolutions.
• Accompagner les salariés candidats à la reprise de ces milliers d’entreprises qui risquent de fermer faute de repreneurs.
• Renforcer la formation en faveur des femmes, des seniors et des travailleurs partiels trop souvent discriminés face à l’emploi.
• Moderniser les dispositifs de formation par l’ouverture du Compte personnel de formation (CPF) à tous, salariés ou demandeurs d’emploi. La CFE-CGC demande que ce CPF soit un droit opposable à l’employeur, abondable par le salarié, aidé financièrement par l’État et accompagné de garanties pour le bénéficiaire.
• Renforcer le Congé individuel de formation (CIF) afin qu’il soit un vrai droit individuel du salarié à se former ou se reconvertir.
• Faciliter l’accès des demandeurs d’emploi à la formation (rapidité d’entrée, individualisation…) grâce à un Pôle Emploi rendu plus efficace.
• Prioriser les fonds de la formation pour les salariés en poste. Le redéploiement des formations vers les demandeurs d’emploi doit rester exceptionnel et relever de la responsabilité des pouvoirs publics.
• Adapter la formation professionnelle aux besoins des territoires, par une régionalisation encadrée et raisonnée.
• Développer l’alternance à tous les niveaux de qualification en veillant d’abord à son amélioration qualitative, ce qui serait le meilleur garant du développement de l’apprentissage.

Modernisation, universalité et objectifs centrés sur le salarié et l’entreprise, tels sont les principes qui doivent guider les négociateurs d’une formation professionnelle porteuse de progrès.

 

 

Tracts et arguments CFE-CGC sont téléchargeables à partir de cette adresse :

https://app.box.com/s/n4a5zjf3wrenlsduf2ii

 

http://www.cfecgc.org/actualite/tout/formation-professionnelle-une-negociation-ambitieuse/

Repost 0
Published by Union Locale CFE-CGC de Boulogne-sur-Mer - dans Communiqué
commenter cet article
30 septembre 2013 1 30 /09 /septembre /2013 18:00

 

Repost 0
Published by Union Locale CFE-CGC de Boulogne-sur-Mer - dans Communiqué
commenter cet article
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 17:02

Le gouvernement envisage de supprimer les réductions d'impôts pour les familles ayant à charge des collégiens, des lycéens et des étudiants.

 
Cette mesure, limitée aux foyers imposables, va particulièrement toucher la classe moyenne. Par exemple : une famille de trois enfants avec un étudiant en faculté et deux lycéens va voir ses impôts augmentés de 489 euros l'an prochain !
 
Déjà pénalisé par une évolution salariale à minima (0,50 % en 2013) l'encadrement voit ses impôts augmenter de façon exponentielle.
 
L'effet de ciseaux induit par cette double peine, attaque directement le pouvoir d'achat des Français et risque à terme de paupériser une partie de nos concitoyens et de miner la croissance.
 
La CFE-CGC revendique depuis longtemps une vraie réforme d’un système fiscal à bout de souffle : il faut retrouver l’équité par une remise à plat totale.
 
Faudra-t-il que la CFE-CGC lance un mouvement des "dindons" pour être entendue ?

Repost 0
Published by Union Locale CFE-CGC de Boulogne-sur-Mer - dans Communiqué
commenter cet article
4 septembre 2013 3 04 /09 /septembre /2013 14:11

La CFE-CGC ne participera pas à la journée de mobilisation du 10 septembre prochain contre la réforme des retraites. Mobiliser les salariés sur un « ajustement » du système de retraite n’est pas efficace. En revanche, elle portera dans le débat parlementaire des amendements pour améliorer le projet gouvernemental.

 
La CFE-CGC demande :


- La possibilité pour les étudiants de racheter 2 années d’études en bénéficiant d’une aide forfaitaire de 1 000 euros par trimestre acheté. 

-  Un financement de la retraite par le biais d’une cotisation sociale sur la consommation qui redonnerait de la compétitivité aux entreprises, du pouvoir d’achat aux salariés et des moyens supplémentaires à la branche vieillesse.

- Une meilleure prise en compte de la pénibilité dans les critères de départ à la retraite : les mesures annoncées ne prennent pas en compte l’ensemble des difficultés rencontrées par les salariés.


-  La mise en place effective de l’égalité salariale entre les femmes et les hommes.

-  Une véritable politique de maintien des seniors dans l’emploi.

 

- Un vrai plan de relance de l’emploi qui doit devenir une priorité nationale.


À vouloir constamment repousser les solutions qui assureraient la pérennité des retraites, le gouvernement prend le risque d’une exaspération des Français dont il ne mesure pas les effets…

Repost 0
Published by Union Locale CFE-CGC de Boulogne-sur-Mer - dans Communiqué
commenter cet article
2 septembre 2013 1 02 /09 /septembre /2013 09:55

La CFE-CGC salue la création, début 2014, d'un Plan épargne en actions (PEA) spécialement destiné au financement des Petites et moyennes entreprises (PME) et des Entreprises de taille intermédiaire (ETI).

 

Pour pallier aux difficultés de financement des investissements de ces entreprises, il est indispensable de leur ouvrir la possibilité de faire appel directement et plus largement à l'épargne publique pour conforter leurs fonds propres.

 

Pour inciter les épargnants à investir dans ces entreprises, l'État offrira un avantage fiscal à l'investisseur en créant un Plan épargne en actions spécial PME à hauteur de 75 000 euros. Cet avantage fiscal sera offert en contrepartie du risque pris par l'épargnant.

 

Favoriser les possibilités d'investissements des PME et des ETI est incontestable. Ces investissements renforceront la compétitivité des entreprises et favoriseront leur développement avec pour conséquence de créer des emplois nouveaux.

 

La CFE-CGC encourage cette démarche. Elle espère que les banques, elles aussi, joueront le jeu !

Repost 0
Published by Union Locale CFE-CGC de Boulogne-sur-Mer - dans Communiqué
commenter cet article
29 août 2013 4 29 /08 /août /2013 15:51

Pour le ministère du travail, l’annonce des chiffres du chômage, fin juillet traduit une légère amélioration de la situation.

 

Pour la CFE-CGC, la réalité est plus nuancée et l’interprétation plus mesurée. En effet, si l’inversion de la courbe du chômage des jeunes  semble bien engagée pour le 3ème mois consécutif (- 0,8 % en juillet après - 0,3 % en Juin et - 0,5 % en mai), elle est bien plus préoccupante pour les autres catégories de demandeurs d’emploi (+ 1,3 % pour les 25-49 ans et + 0,9 % pour les 50 ans et plus).

 

Le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A s’établit désormais à 3 285 700 et le taux de chômage atteint 10 %.

L’ancienneté moyenne des périodes d’indemnisation reste encore de 497 jours en France métropolitaine même si le volume d’offres collectées par pôle-emploi semble se redresser (+ 0,8 %) notamment sur des emplois durables.

 

La CFE-CGC  ne peut pas croire à ce frémissement de fin de cycle du chômage.  La méthode Coué est inefficace. C'est pourquoi nous souhaitons et nous avons porté lors de la conférence sociale de juin la nécessité d'engager un véritable plan de relance de l'emploi ne pouvant pas se résumer à une politique de contrats aidés.

 

Pour la CFE-CGC, la compétitivité de l'entreprise, l'accompagnement de la création et le développement de l'entreprise sont les préalables indispensables. Et pour accompagner nous avons proposé une solution innovante : la cotisation sociale sur la consommation pour redonner du souffle à notre économie. Nous demandons aussi que la reprise d'entreprise devienne une véritable priorité nationale pour ne plus laisser des emplois se détruire.

 

La balle est dans le camp des entreprises et des pouvoirs publics ! Les salariés et les demandeurs d’emploi, eux, s’essoufflent !

Repost 0
Published by Union Locale CFE-CGC de Boulogne-sur-Mer - dans Communiqué
commenter cet article
28 août 2013 3 28 /08 /août /2013 14:22

La CFE-CGC regrette vivement que le gouvernement n'ait pas retenu sa
proposition concernant le financement. En effet la cotisation sociale sur la
consommation que nous proposons permet de redonner de la compétitivité aux entreprises avec 3,6 milliards d'euros d'allégement de charges par an, de
maintenir le pouvoir d'achat des salariés et de financer les 7 milliards de
besoin de financement de la branche vieillesse et ce dès 2014.
Le gouvernement sera dans l'obligation d'examiner sérieusement cette proposition dans le cadre de la réforme du financement global de la protection sociale.

Le gouvernement dit faire des JEUNES sa priorité. A la CFE-CGC nous n'avons pas le même sens des priorités!!

Parce qu'il est impératif de prendre en considération les jeunes dans le dispositif par répartition sans sans les léser, la CFE-CGC demande la possibilité de racheter deux années d'études pour les diplômes supérieures à Bac+3 avec une aide forfaitaire de 1000 euros par trimestres racheté et ce pendant les 10 premières années du parcours professionnel. La proposition actuelle de 1 an n'est pas suffisamment incitative pour des jeunes qui aujourd'hui à 30 ans totalisent 10 trimestres cotisés de moins que la génération de 1950.

Le gouvernement doit mieux faire. Cette mesure ne coûte pas à la collectivité car ce sont de nouvelles rentrées d'argent dont le bénéfice interviendra dans 40 ans. c'est une occasion unique pour le gouvernement de de redonner des perspectives et de la confiance! Une occasion, à cette heure, manquée! 

La CFE-CGC jugera sur le projet de loi que nous devrions avoir le 4 septembre prochain.

La CFE-CGC salue la mise en place du compte pénibilité mais se pose de nombreuses questions quant au financement. De plus la CFE-CGC déplore que seuls 10 critères de pénibilité soient retenus. Nous continuerons de nous battre pour faire reconnaître le stress comme maladie professionnelle au même titre que les risques psychosociaux. Le gouvernement a sur entendre notre demande de passer de 1 année de pénibilité pour 30 d'exposition à une année pour 10 et nous en prenons acte.

La CFE-CGC demande le maintien des avantages familiaux à partir du 3ème enfant et dans les règles actuelles car nous nous sommes opposés à la forfaitisation qui continuerait de paupériser un peu plus les classes moyennes fortement touchées depuis plus d'un an maintenant.

De même nous avons alerter le gouvernement sur la mise en place effective de l'égalité salariale entre les femmes et les hommes. Les lois s'enchainent mais la situation évolue peu, or c'est bien la responsabilité du gouvernement et c'est un enjeu pour nos retraites.

 
Nous avons aussi souhaiter travailler au plus vite sur l'emploi des seniors afin d'arrêter les massacres en fin de carrière de salariés trop nombreux qui terminent leur parcours sans emploi. Cela n'est plus acceptable. Il n'est pas possible de vouloir faire travailler les gens plus longtemps sans leur proposer de véritable parcours professionnel jusqu'à la retraite !

Nous attendons beaucoup plus que ces petits effets d'annonce. Ils ne contribuent pas à nous rassurer sur la mise en place d'une réforme à la hauteur des enjeux.

 

Carole Couvert
 Présidente
 Confédération CFE-CGC

Repost 0
Published by Union Locale CFE-CGC de Boulogne-sur-Mer - dans Communiqué
commenter cet article
27 août 2013 2 27 /08 /août /2013 19:12

La CFE-CGC a été reçu le 26 août par le premier ministre concernant la réforme des retraites.


Le gouvernement propose d’allonger progressivement la durée de cotisation à partir de 2020 et ce jusqu’en 2035, date à laquelle elle sera portée à 43 années.
Pour la CFE-CGC il y’a un préalable sans lequel rien ne sera possible pour nous, le rachat des années d’études post bac.

La CFE-CGC tient à redonner des perspectives et de la confiance aux jeunes afin qu’ils ne soient pas sacrifiés.  Principe d’équité, la CFE-CGC demande la prise en compte des années d’études post bac afin que ceux qui arrivent plus tard sur le marché du travail ne finissent pas en déambulatoire au bureau.

Le premier ministre propose à ce stade le rachat d’une année d’étude avec une aide forfaitaire de 1000 euros par trimestre, soit une aide de 4000 euros pour une année
Cette opportunité sera ouverte pendant les cinq premières années du parcours professionnel.

Ce premier geste n’est pas suffisant pour un gouvernement qui souhaite faire des jeunes sa priorité !

La CFE-CGC attend donc une mesure sérieuse avec la possibilité de racheter 1 an pour les diplômés jusqu’à bac +3, et deux ans pour les diplômés au-delà avec une aide forfaitaire de 1 000 euros par trimestre racheté ouvert pendant les 10 premières années du parcours professionnel.

Pour la CFE-CGC ce préalable est indispensable et c’est à la lumière du dispositif définitif que nous envisagerons notre participation ou non à la journée du 10 septembre.

Contact : Serge LAVAGNA

Repost 0
Published by Union Locale CFE-CGC de Boulogne-sur-Mer - dans Communiqué
commenter cet article

SUPERM'AIDES

 

malakoffmederic2012

PROCHAINE REUNION

***
Lundi 08 septembre 17h30

Liens vers C.E.

Continentale Nutrition (Boulogne-sur-Mer)

Continentale Nutrition (Wimille)